Edward Snowden, lanceur d’alerte professionnel

Cyber-stratégiste, génie de l’ordinateur et champion en ce qui concerne la sécurité des données et la liberté en ligne. Mais aussi patriote auto-proclamé et recherché aux États-Unis pour espionnage… Edward Snowden est de ces personnalités que tout le monde connaît aujourd’hui sans forcément se rappeler pourquoi et pourtant…

Les débuts

Né Edward Joseph Snowden en 1983, en Caroline du Nord, il est aujourd’hui connu comme Snowden tout simplement, suite à l’affaire de 2013 qui a pris son nom.

Snowden se passionne pour les technologies informatiques après avoir été contraint d’arrêter le lycée. En 2004, il intègre l’armée de réserve des États-Unis mais la quitte au bout de 5 mois après s’être brisé les deux jambes lors d’un entraînement des forces spéciales.

La carrière de Snowden en tant que spécialiste de la sécurité débute donc en 2005. Il travaille alors en tant qu’agent de sécurité pour le Centre des études avancées en langues de l’université du Maryland. En 2006, il rejoint la CIA (Central Intelligence Agency). À peine un an plus tard, il est posté à Genève, à la gestion de la sécurité générale du réseau informatique. Il y reste jusqu’à son départ en 2009, date à laquelle il devient auto-entrepreneur. Il travaille entre autres pour Dell (actuellement troisième plus grand constructeur d’ordinateur au monde) et Booz Allen Hamilton (entreprise américaine de conseil en management basée en Virginie). En tant que privé, Snowden se rendra à Tokyo, aux États-Unis, et finalement, à Hawaï. En 2013, il commence à y travailler sur ce qui fera de lui une des personnalités les plus remarquables des États-Unis et du monde entier.

Voler la NSA

Alors qu’il travaille pour la NSA (National Security Agency) en 2013, Snowden est de plus en plus suspicieux vis à vis des agissements de la NSA. Elle surveille en effet des citoyens lambda à travers leurs portables et leurs informations de connexion Internet. Il se met donc à réunir des dossiers et des informations au sujet de cette surveillance de masse. Par la suite, il contacte Laura Poitras (réalisatrice de documentaires) ainsi que les journalistes Glenn Greenwald, Ewen MacAskill, et Barton Gellman, leur confiant les documents qu’il a pu réunir afin qu’ils soient rendus publics.

En mai 2013, Snowden demande un congé médical pour cause d’épilepsie. Le 20 mai 2013, il s’envole pour Hong Kong. À 30 ans, Edward Snowden est en fuite face aux puissances américaines.

La Fuite

Le 5 juin 2013 The Guardian publie les dossiers attestants que Verizon partageait avec la NSA toutes les informations de ses utilisateurs. Le 6 juin, The Guardian et The Washington Times révèlent le concept de PRISM, le programme de surveillance qui permettait à la NSA de récupérer toutes les informations de connexion de n’importe qui, à travers l’activité en ligne. Notamment via les produits et applications distribuées par Microsoft, Yahoo, Google, and Apple, pour n’en nommer que quelques uns.

Mais ce n’est là que la première étape de cette série de révélations à la portée internationale. Les médias du monde entiers relayent l’information. Chaque nouvelle information incrimine un peu plus la NSA et ses plus grands partenaires.

Les conséquences

Le 9 juin 2013, Snowden se révèle à son tour via The Guardian avec une phrase choc :

“I have no intention of hiding who I am because I know I have done nothing wrong.”

Quelques jours plus tard, le gouvernement fédéral des Etats-unis reconnaît Snowden coupable pour vol de biens appartenants au gouvernement et pour double violation du U.S. Espionage Act. Il est recherché pour communication non-autorisée d’informations relevant de la sécurité nationale et communication volontaire d’informations protégées avec une entité non-autorisée.

Snowden demeure à Hong Kong pendant un mois. Il tente, avec l’aide de WikiLeaks, de fuir vers l’Équateur en passant par la Russie et Cuba. Mais alors qu’il arrive à Moscou, les autorités américaines ont déjà annulé sont passeport. Il ne peut plus quitter le territoire. La Russie lui a octroyé un asile temporaire, puis, en août 2014, un permis de résidence pour 3 ans (renouvelé depuis ; à ce jour jusqu’à 2020, le gouvernement américain ayant rejeté la demande de négociation faite en novembre 2013).

Il ne disparaît pas pour autant de la circulation et participe, par visio-conférences, à plusieurs interviews et assemblées, notamment pour NBC News, CNN, l’Upper Canada College et le New Hampshire Liberty Forum (2015).

Lorsqu’il se manisfeste sur Twitter le 29 septembre 2015, il cumule près de 2 millions de followers en moins de 24h. Aujourd’hui il n’en compte pas moins de 4 millions.

« Can you see me now? »

L’héritage de Snowden

Aujourd’hui, on considère Snowden comme un patriote ou un traître. Une chose reste certaine : les révélations faites au sujet des agissements de la NSA ont encouragé le public du monde entier à repenser en profondeur ses droits et sa sécurité en ligne à l’ère du digital.


Pour aller plus loin :

  • https://www.theguardian.com/world/interactive/2013/nov/01/snowden-nsa-files-surveillance-revelations-decoded#section/1
  • https://digitinov.online/2019/05/10/citizenfour-les-dessous-des-revelations-dedward-snowden-lhomme-le-plus-recherche-du-monde/

Sources :

  • https://www.biography.com/activist/edward-snowden
  • https://www.britannica.com/biography/Edward-Snowden
  • https://edition.cnn.com/2013/09/11/us/edward-snowden-fast-facts/index.html
  • https://edition.cnn.com/2013/06/09/politics/nsa-leak-identity/index.html
  • https://www.theguardian.com/us-news/2018/jun/04/edward-snowden-people-still-powerless-but-aware
  • https://www.ojim.fr/portraits/edward-snowden/
Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.