Amazing Grace, pionnière de l’informatique

 

Grace Murray Hopper était une mathématicienne américaine et contre-amiral de la U.S. Navy. Pionnière dans le développement de l’informatique, elle est, entre autres, célèbre pour avoir aidé à programmer l’Harvard Mark I (premier ordinateur numérique) et pour le code COBOL.

À ses débuts

Née en 1906 à New York, elle étudie au Vassar College et à Yale. Diplômée, elle retourne ensuite à Vassar enseigner les mathématiques. Elle décide de s’engager dans la marine américaine en 1943. Elle devient lieutenant et est rattachée au Bureau of Ordnance’s (ou BuOrd) Computation Project à l’Université d’Harvard en 1944. Il s’agit d’une organisation de l’U.S. Navy responsable de la fourniture, du stockage et du déploiement de l’armement naval entre 1862 et 1959. C’est là qu’elle travaille sur le Mark I, premier calculateur automatique à grande échelle et précurseur des ordinateurs contemporains. Elle reste à Harvard en tant que chercheuse civile tout en poursuivant sa carrière de réserviste.

 

Le saviez-vous?
On lui doit le terme bug tel que nous l’utilisons aujourd’hui après qu’un insecte soit venu
se loger dans les circuits du Mark I.

 

L’art de la programmation

Jusqu’en 1957, son équipe développe FLOW-MATIC, le premier compiler (traduit un programme en « langage machine ») à « parler » anglais.

En 1959, Hopper rejoint la Eckert-Mauchly Computer Corp et y développe un compiler amélioré. En décembre un comité restreint produit la première spécification du nouveau langage, qui reçoit le nom de COBOL. Il s’inspire très largement de FLOW-MATIC, avec des éléments empruntés à COMTRAN, langage issu d’IBM.
En 1960, les premiers compilateurs de COBOL sont réalisés. Un programme COBOL est compilé sur deux machines différentes (RCA et UNIVAC). C’est la première démonstration de portabilité d’un langage.

Hopper prend une première fois sa retraite de la marine en 1966, alors qu’elle est commandante. Elle est rappelée l’année suivante afin d’aider à la standardisation du langage informatique de la Navy avec COBOL.
Elle quitte finalement la marine américaine en 1986. Âgée de 79 ans, elle était l’officier actif la plus âgée jamais connue.

Et après

Parmi ses nombreuses distinctions, Hopper devient membre de l’Institute of Electrical and Electronic Engineers en 1962. Elle est aussi nommée première « Man » of the Year en Sciences informatiques par la Data Processing Management Association en 1969 et a reçu la National Medal of Technology en 1991. Propriétaire d’une cinquantaine de doctorats honoraires et de plusieurs nombreuses, elle décède le 1erjanvier 1992.
Jusqu’à la fin, elle travaille comme consultante pour l’entreprise Digital Equipment afin d’expliquer l’informatique et ses développements à venir. Elle participe à des très nombreuses conférences.

« To me programming is more than an important practical art.
It is also a gigantic undertaking in the foundations of knowledge. »

Elle reçoit la Médaille présidentielle de la liberté à titre posthume en 2016.

 


Pour aller plus loin

  • Understanding Computer by Grace Hopper, 1997.
  • Grace Hopper And The Invention Of the Information Age by Kurt W. Beyer, 2009.

Sources :

  • https://aconit.inria.fr/omeka/exhibits/show/figures-de-l-informatique/pionniers/grace-hopper.html
  • https://en.wikipedia.org/wiki/Grace_Hopper
  • https://femherbier.hypotheses.org/612#more-612

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.