www.Tim Berners-Lee

 

Tim Berners-Lee, un nom peu connu du grand public et pourtant… Si vous utilisez internet, un navigateur web ou encore que vous écriviez en HTML, vous avez eu affaire à ce bon vieux Tim, sans le savoir !

Toujours pas ? Mais si ! Tim Berners-Lee enfin ! Celui à l’origine du célèbre World Wide Web, le fameux www. Ça y est, vous le remettez ? Non ? Bon, un petit saut dans le temps, histoire de comprendre qui, quoi et comment !

 

Qui ?

Tim Berners-Lee est né le 8 juin 1955, à Londres. Il intègre la prestigieuse université d’Oxford en 1973 où il suit un cursus de physique. Enfant de mathématiciens ayant travaillé sur les premiers ordinateurs, Tim invente à cette époque son propre ordinateur, à partir d’un vieux poste télé et d’un microprocesseur Motorola. Trois ans plus tard, en 1976, il obtient son diplôme, mention très bien (tu m’étonnes !), et embarque dans une mission de quelques mois au sein du Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN).

Quoi ?

Le 12 mars 1989, alors qu’il est toujours en mission au CERN, Tim propose un projet nommé Gestion de l’information : une proposition. L’idée de ce projet est  assez simple : mettre en lien différents utilisateurs qui pourraient travailler ensemble au sein d’un même réseau, afin de lier leurs connaissances. Or, à l’époque, bien que les bases de l’Internet avait déjà été posées, notamment grâce à ARPANET, notre cher Tim va beaucoup plus loin.

Ce fameux 12 mars 1989 entre alors dans l’histoire comme le jour de la création du web, tout du moins de l’idée de web. Durant un an, Time et son équipe travailleront à développer une sorte de navigateur du nom d’Enquire (raccourci de Enquire Within Upon Everything), ce qui aboutit en décembre 1990 au célèbre base du WorldWideWeb.

À partir de là, c’est la débandade : création et développement d’adresses URL, du HTTP et du HTML, rien que ça !

Comment ?

Pour Tim, rien de plus simple : il suffit de connecter entre eux hypertexte et Internet. Le principe (toujours aussi simple pour Lee mais ma foi bien complexe pour nous, pauvres êtres humains) est avant tout de permettre à un groupe de communiquer plus facilement (Mark, t’as vraiment rien fait de fou). Et comme Tim Berners-Lee le dira lui-même plus tard :

« Je n’ai fait que prendre le principe d’hypertexte et le relier au principe du TCP et du DNS et alors – boum ! – ce fut le World Wide Web ! »

Excusez-nous Monsieur !

Et après ?

En 1994, Tim Berners-Lee rejoint le célèbre MIT et fonde en parallèle le World Wide Web Consortium (W3C), dont le but est de développer des technologies pouvant fonctionner entre elles afin que le Web soit pousser à son utilisation la plus optimale.

Le 18 mars 2013, il reçoit le 1er Queen Elizabeth Prize for Engineering au côté de Marc Andreessen, Vint Cerf et d’autres pour leurs contributions majeures à la création et au développement d’Internet et du World Wide Web.

Ces dernières années, les dérives du web ont interpellé Berners-Lee. Ce dernier a récemment appelé à en modifier sa consommation et s’est fixé pour objectif de sauver sa création. C’est pourquoi, il y a un an, le père du web a créé INRPUT, un logiciel open-source, sorte de coffre-fort dont l’objectif est de permettre à chaque utilisateur du web de ranger et stocker ses données personnelles.

Le 12 mars dernier, le Web fêtait ses 30 ans. À cette occasion, Tim Berners-Lee a accordé un long entretien au journal Le Monde, dans lequel il explique les défis futurs auxquels se préparer pour changer le Web afin de le rendre moins dangereux.

« Je n’ai rien inventé. J’ai juste emprunté un certain nombre de choses qui existaient déjà, et je les ai accrues un peu. Construire le Web, je ne l’ai pas fait tout seul. »

Pour en savoir plus sur cette magnifique invention, retrouvez sans plus attendre le documentaire de Jessica Yu, For Everyone, qui retrace l’histoire du web.

 

Berners-Lee/Cerf
« I did not invent the Internet » Tim Berners-Lee

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.