Alan Turing

Alan Turing (1912-1954) est connu pour de nombreux faits et de grandes capacités. Mathématicien, cryptologue, pionnier de l’informatique, de l’intelligence artificielle et de la morphogenèse, il aura jouer un rôle important dans la fondation de l’informatique. Retour sur l’histoire d’un homme exceptionnel.

Vie

Turing nait à Maida Vale le 23 juin 1912. Il suit une scolarité assez mouvementée en raison de son orientation sexuelle et de son appétence pour les sciences. Ses compétences, caractérisées par plusieurs de ses professeurs, d’hors du commun lui permettent très rapidement de se démarquer de ses camarades de classe. Cependant, récalcitrant pour les matières dites plus classiques, le jeune Turing se voit échouer plusieurs fois à ses examens. Il fera néanmoins son entrée à l’université de Cambridge en 1931, où il suivra des études de mathématiques, avec de grands personnages de l’époque. Quatre ans plus tard, il sera nommé enseignant-chercheur au sein du prestigieux King’s College.

 

Enigma vs. Turing

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Alan Turing s’engage dans l’armée britannique et travaille au déchiffrement des messages de la marine allemande, au sein de la Government Code and Cypher School (GC&CS), centre secret de l’armée, à Bletchley Park. Affecté au déchiffrement de la machine Enigma, utilisée par les Allemands pour chiffrer et déchiffrer des messages radios envoyés à leur flotte maritime, Alan Turing développa avec d’autres membres de son équipe les plans d’une machine capable de casser les codes des nazis, la bombe Turing.

C’est en 1942 que les codes entre Hitler et la Wehrmacht se voient lus par les Alliés, conduisant deux ans plus tard à leur victoire en 44. Pour certains, il aura permis de réduire la guerre de deux ans.

 

Après la guerre : l’intelligence artificielle

Il participe à la création d’un prototype de calculateur électronique, l’ACE ( Automatic Computing Engine) et intègre en parallèle l’université de Manchester. C’est notamment à cette période qu’il commence à se passionner pour ce qu’on appeler par la suite l’intelligence artificielle. Cherchant à prouver l’intelligence d’une machine, Alan Turing initiera le Test de Turing en 1950, qui consiste à déterminer si une personne communique avec un autre être humain ou avec une machine. Ceci marque le début de ses tests sur l’IA.

Ce test, initialement appelé « jeu d’imitation » (en anglais, Imitation game)  se base sur une tentative de réponse de Turing à la question :

« Est-ce qu’une machine peut penser ? »

 

Test Turing
Le Test de Turing/Bilby

Reconnaissance et postérité

Homosexuel, Alan Turing sera poursuivi par la justice anglaise en 1952. Afin d’éviter la prison, il fera le choix de la « castration » chimique. Mais, sa carrière étant brisée (notamment en raison de la destruction de nombre de ses travaux réalisés pendant la Seconde Guerre mondiale), les autorités retrouveront son corps dans sa chambre de Wilmslow, le 7 juin 1954, suite à la prise de cyanure présent dans une pomme – certains voient là la genèse du logo de l’entreprise à la pomme.

Au cours des années 2000, onze scientifiques (dont Stephen Hawking) lancèrent une pétition qui conduisit le gouvernement britannique à présenter des excuses officielles à Alan Turing suite à sa condamnation. Et, en décembre 2013, 59 ans après le suicide d’Alan Turing, la reine Elizabeth II lui accorde grâce.

Le 7 juin prochain, cela fera 65 ans qu’Alan Turing aura disparu.

Envie d’en savoir plus sur cet homme hors du commun ? Découvrez sans plus attendre le documentaire La Drôle de guerre d’Alan Turing… ou comment les maths ont vaincu Hitler et les émissions de France Culture, Grande traversée : l’énigmatique Alan Turing.

Et pour les fans de biopic (et de Benedict Cumberbatch), revisitez la vie de Turing dans le film de Morten Tyldum, The Imitation Game.

The Imitation Game affiche
Affiche du film The Imitation Game

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.